-->
 

Coopération Bilatérale avec le Luxembourg

La Coopération entre le Sénégal et le Grand Duché du Luxembourg, marquée de 1987 à 1996 par des interventions ponctuelles, est relativement récente. Cest à partir de 1997 (date d'intégration du Sénégal parmi les pays cibles de la coopération luxembourgeoise) que cette coopération a pris un essor significatif avec les projets de réhabilitation et d´équipement de l´hpital Abass NDAO et de reconstruction du marché Kermel.

Le premier Programme indicatif de Coopération (PIC I) a été mis en œuvre de 2001 à 2006, pour un montant de 22 milliards de francs CFA.

Pour le PIC II, mis en œuvre sur la période 2007-2012 et actuellement en phase de clture, le total des contributions du Grand Duché du Luxembourg porte sur une enveloppe de 53,3 millions d´euros soit environ 35 milliards F.CFA.

Les secteurs privilégiés par cette coopération, définis dans le PIC II, concernent la santé de base, l´hydraulique rurale et l'assainissement, l´enseignement technique et la formation professionnelle/insertion socio-professionnelle ainsi que la gouvernance locale et l´éducation citoyenne. Les interventions sont concentrées sur l´axe Thiès-Louga-Saint-Louis-Matam.

Il a également été décidé de doter ces trois grandes composantes d´un programme d´accompagnement transversal, SEN/023 2,04 millions d´euros (appui au genre, à l´environnement et à la gouvernance en particulier). Ce programme vient donc compléter les interventions sectorielles sur les aspects relatifs à l´intégration des thématiques transversales et du pilotage/gestion du PIC.

Les interventions sont conues et mises en uvre, soit avec l´Agence Luxembourgeoise pour la Coopération au Développement (Lux-Development), soit en partenariat avec les agences du Système des Nations Unies (PNUD, ONUDI, FNUAP, BIT). Le dispositif de pilotage articulé aux instances y afférentes fonctionne normalement et les réunions trimestrielles des Comités Techniques de Suivi et de Coordination se tiennent régulièrement suivant le principe de rotation retenu entre Louga-Matam et Saint-Louis. Il en est de mme pour les réunions annuelles de Comités de pilotage des composantes du programme.
Dans l´ensemble, le PIC II s'est déroulé normalement et a permis l'amélioration notable des secteurs ciblés dans les régions de Louga, Matam et Saint-Louis, et les ressources y relatives sont décaissées à plus de 90%. La fin de sa mise en uvre opérationnelle est prévue à la fin du mois de septembre 2012.

Pour la période 2012-2016, le PIC III est doté d'un budget de 68 millions d'euros (45 milliards de francs CFA), soit une hausse de 27% par rapport au PIC II. Ce nouveau programme de coopération dont la signature a eu lieu au mois d'octobre 2011, sera étendu aux régions du centre du pays (Diourbel, Fatick, Kaffrine et Kaolack). Il comprendra en son volet gouvernance un soutien financier pour la Médiature en 2012-2013, tandis que la société civile sénégalaise sera sollicitée pour contribuer à sa mise en œuvre.